La philosophie

Pour les intervenants artistiques, comme pour les enseignants, le partenariat est avant tout une formidable occasion de penser différemment : qu’induit pour les enseignants le fait de placer la créativité au cœur du projet éducatif et culturel ? et qu’induit pour l’artiste, le fait de donner une vraie place à la transmission à l’intérieur même de son processus de création. Reconnaissons donc, pour commencer, que « la notion d’éducation artistique ne va pas de soi »*...

Si l’éducation artistique est l’un des axes majeurs du projet de CYCLONES à La Fabrik, c’est parce que la création ne peut se détourner de la question de la transmission sans se couper d’une part essentielle d’elle-même. Si l’acte artistique n’a pas forcément à être engagé dans ses thématiques et son propos, il s’inscrit de fait dans la cité {polis}, et en ce sens, il est forcément toujours politique. Par ailleurs, CYCLONES n’oublie pas qu’introduire l’art à l’école interroge de manière féconde, quoique complexe, l’institution scolaire et ses acteurs. CYCLONES conçoit donc l’éducation artistique comme un espace partagé de questionnement et un vaste champ d’expérimentation qui interroge chaque acteur du partenariat sur les vertus, mais aussi sur les limites, de sa propre culture professionnelle. 

Dans un contexte économique et social complexe, les individus et les institutions sont de plus en plus soumis à des objectifs trop souvent quantitatifs. Dans le cadre du partenariat, CYCLONES défend la qualité de l’échange et l’inscription du projet dans le temps. La découverte et le développement de la créativité de l’élève exigent une disponibilité qui n’a rien à voir avec le temps de la consommation, et c’est souvent le processus de la recherche artistique, bien plus que son aboutissement, qui intéresse les membres de l’équipe de La Fabrik. Dans cet esprit, CYCLONES souhaite s’inscrire en faux contre le prêt-à-porter pédagogique et les projets clés-en-main. Les parcours proposés par La Fabrik aux enseignants auront rempli leur rôle s’ils servent de prétexte à la mise en place d’actions sur mesure en direction des élèves. 

L’épanouissement physique et intellectuel de l’élève ainsi que la construction de sa personnalité par le biais des disciplines artistiques (cirque, danse, écriture, art plastique, théâtre) sont les objectifs majeurs de l’éducation artistique selon CYCLONES, et c’est dans le cadre de la pédagogie de projet que le partenariat trouvera ses réalisations les plus pertinentes. Le projet artistique repose sur un processus authentique qui favorise les relations entre l’individu et le groupe, sollicite l’intelligence collective, développe les relations entre pairs et ouvre un espace d’expression aux émotions, dont on commence enfin à reconnaître le rôle dans la mise en place des apprentissages.  Ainsi, enseignant et intervenant s’efforcent de construire chez l’élève les conditions d’une prise de conscience de soi et de l’autre qui sera à la fois sensible et critique, et lui permettra de se situer un peu plus librement dans le monde et la société de demain. 

 

*« L’évolution des projets d’éducation artistique et culturelle en théâtre depuis les années 70 », article d’Alain RICHARD disponible sur le site de l’ANRAT.