Kisa Nou lé - Présentation de La Fabrik

La Fabrik, hier, aujourd'hui

Si La Fabrik n’est pas née d’une occupation, au sens strict du terme, de la friche, elle a tout de même été le lieu d’actions artistiques menées par la compagnie Cyclones production dès 1999. L’ancien séchoir à tabac du quartier Patate à Durand est alors à l’abandon. Cyclones production y conduit son projet « A fors, a fors » avec des personnes SDF. En 2003, c’est le spectacle « 113, rue Sainte Marie » qui s’y joue.

La compagnie impulse, imagine et lance le projet de réhabilitation du site et devient gérante du site de la Fabrik telle qu’on la connaît actuellement en 2007. Bien des murs et même une colonne (qu’on peut voir dans l’actuelle « Cantine ») de l’ancien séchoir ont été conservés.

L’implantation de la Fabrik dans l’ancien quartier de pêcheurs de Patate à Durand marque la volonté d’inscrire les pratiques et les interrogations artistiques au coeur de la cité. Son nom (ainsi que ceux des différents espaces qu’elle contient) est la trace superficielle d’une conviction quant à elle très profonde : l’inscription dans le quartier, dans la société réunionnaise n’est rien si elle ne se fait pas aussi en créole. La longue collaboration avec Sully Andoche n’est qu’un exemple parmi d’autres de cette attitude poétique et politique.

Pour aller plus loin : Consultez ICI l'étude historique du secteur Patate à Durand/Butor réalisé par le laboratoire LCF/CNRS en 2011. 

La Fabrik, étape d'un cheminement

La Fabrik est une étape du cheminement de la compagnie. Son vécu, son expérience artistique et technique, ses constats et son analyse sur l'évolution du paysage culturel de l’île ont fortement influencé ce projet de lieu de fabrique qui s’inscrit dans la continuité logique des missions qui lui ont été confiées et des actions mises en œuvre depuis  20 ans :

>Une démarche de travail qui se nourrit en profondeur des expériences de développement culturel et d’actions territoriales initiées par la compagnie (créations - petites formes – projets d’insertion par la culture – éducation artistique pour les scolaires et le tout public) pour poser l’acte de création dans une dynamique de partage, de transmission qui interpelle notre regard sur le monde environnant et sur la place de l’homme dans la société

>Une réflexion sur les différences de statuts et de comportements entre les spectateurs (consommateurs de culture) et "les autres publics" qui se sentent exclus des possibilités d’accès aux pratiques et aux productions artistiques

En savoir plus sur la Compagnie Cyclones Production

La Fabrik, un équipement culturel "autre"

La Fabrik est un lieu d’expérimentation sans autre souci d’échéance que celui du goût de vouloir partager. Ce n’est pas un lieu de diffusion, mais de fabrication, même si de fait il est attractif et génère du trafic de publics et peut devenir ponctuellement un lieu de diffusion d’évènements artistiques forts. 

Dès fin 2002 et jusqu'en septembre 2007, date de livraison du bâtiment, le projet de La Fabrik a été élaboré dans une dynamique de concertation entre les partenaires institutionnels de la convention triennale et la compagnie. Du pré-programme au Projet Pro, l'équipe de CYCLONES a été sollicitée pour permettre à cet équipement d'être opérationnel avec le mode de fonctionnement d'un lieu de fabrique, implanté au sein de la Cité et gérée par une compagnie.

La Fabrik est un espace de travail, un lieu de fabrique. 

Elle permet d’accueillir 2 à 3 équipes simultanément qui investiront soit les espaces de répétitions, soit les lieux de réalisations techniques.

La Fabrik offre donc les possibilités opérationnelles : 

>D’une juxtaposition d’actions et de projets sur un site qui permet à chaque équipe de s’isoler et de travailler en totale autonomie dans un espace néanmoins configuré pour favoriser la circulation d’idées et les échanges humains et artistiques

>De bénéficier d’un niveau d’équipement technique apte à favoriser une réalisation optimale des partis pris artistiques et techniques (lumière, son, décors, costumes) propres à chaque projet

>D’implantations scéniques modulables et adaptées à de nombreuses formes de propos artistiques

Visitez La Fabrik et ses Espaces

Un Espace de Parole(s)

La Fabrik doit se penser, s’imaginer et se vivre comme un lieu d’élaboration et d’émergence d’une parole contemporaine. 

Cet espace est le terrain d’expérimentation d’actions vertébrées autour de la pratique théâtrale complétée par un axe Arts du cirque / Arts urbains, mais aussi ouvertes à d’autres disciplines qui peuvent venir nourrir la créativité en mouvement.

Les missions de Cyclones à La Fabrik

Les missions de la compagnie sont structurées autour de deux pôles : 

> Création théâtrale et écriture dramatique contemporaine 

> Arts du cirque / Arts de la rue

Chacun des ces pôles génère en synergie trois missions spécifiques :

Développement culturel
Éducation artistique
Accueil et accompagnement de projets professionnels 

Riche de son expérience et de sa détermination à continuer d’explorer de nouveaux territoires de l’art, l’équipe de CYCLONES assume la responsabilité de gestion et d’animation artistique que lui incombe son implantation dans cet espace. Mais sa volonté essentielle reste d’inscrire La Fabrik comme un lieu de promenades, de déambulations culturelles qui sont matière à rencontres artistiques et poétiques et où le public visiteur est reconnu dans ses pratiques culturelles populaires et pris en considération comme faisant partie intégrante du processus de création. 

CYCLONES aspire, avec les institutionnels, les artistes, les publics, à s’interroger sans précipitation, mais avec un soupçon d’urgence, sur la place de l’art dans notre société dont le mouvement permanent impose l’existence de "contrepulsions" artistiques, qui posent l’homme face à son humanité malmenée et lui offre la liberté, isolée ou collective, de se penser pour mieux être. Cette interrogation se doit d’être collective et impulsée par d’avantage d’incertitudes partagées que de certitudes proclamées.

Téléchargez ICI le dossier complet de présentation de Cyclones et ses missions à La Fabrik