Depuis janvier 2018, La Fabrik est gérée par le CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL DE L'OCEAN INDIEN.

Le rassemblement des 2 lieux que sont La Fabrik et le Théâtre du Grand Marché permet eu CDNOI de développer l’ensemble des missions de son cahier des charges et ainsi de créer une véritable maison d’artistes avec des espaces permettant d’accueillir des résidences d’artistes, des laboratoires, des temps de fabrication de costumes et de décors, des formations à l’attention des professionnels, des ateliers pour les enfants ou les adultes, des accueils de spectacles et des projets en partenariat avec les associations appartenant à d’autres secteurs d’activités.

Pour en savoir plus sur les activités et les projets du CDNOI : www.cdoi.re.
Ce site reste en ligne pour vous permettre de découvrir les précédentes activités du lieu et de la compagnie Cyclones Production.

Résidences

Danse

background
NADJANI DANSE
Danse

La compagnie

Nadjani Bulin poursuit depuis plusieurs années un travail notamment basé sur l’identité féminine. Ses précédents projets (Lilith, Théo m'a raconté, la Kour) sont tous des explorations au coeur du genre humain, observées et vécues par son coeur, son corps, son ventre, son regard de femme, qui se veut pouvoir être celui de toutes les femmes, et, par là, celui de tous les être humains, tous genres confondus.

Ainsi dans Théo m'a raconté, Nadjani pointait, parfois avec ironie, le rapport de la femme aumariage, tantôt consenti, tantôt forcé, et donnait à voir ,une femme en robe de mariée prise dans les conventions familiales et culturelles ;dans La genèse selon Lilith, c’était toute la base du rapport de domination masculine qui était questionnée, via la très ancienne figure biblique de Lilith, la première femme, avant Eve, celle qui a refusé de se soumettre au joug de l’homme.



Voir la vidéo

Titre : KAFRINE

Descriptif : Teaser spectacle "Kafrine" Cie Nadjani Danse (version 2015)

Images

La résidence à La Fabrik

DU 16 AU 27 MAI 2016

En résidence à La Fabrik, du 16 au 27 mai, la chorégraphe Nadjani Bulin se propose de revisiter le processus de création et la mise en forme de son solo dansé Kafrine, dont une première version a été présentée en novembre 2015 au Téat Champ Fleuri.

Avec la volonté de faire évoluer continuellement le concept artistique d’origine de son projet, la chorégraphe a choisi d’inviter le compositeur Sébastien Jacobs à cette nouvelle exploration.

À l'issue de cette résidence les artistes  présenterons le fruit de leur collaboration, lors d'un Chantier Public qui aura lieu le mardi 24 mai à 15h.

KAFRINE

Kafrine est le pendant du précédent spectacle de la compagnie, La Genèse selon Lilith, c’est aussi son approfondissement: si Lilith est une figure mythologique, presque d’ avant le commencement de notre société telle qu’elle s’est développée aujourd’hui, la Kafrine, au contraire est la femme qui résulte de cette société.

À partir de ce thème de la Kafrine, Nadjani va explorer, tout en le transfigurant par sa danse, le monde de la femme soumise (ou insoumise), parlant ainsi de l’esclavage, qu’il soit domestique ou sexuel, mais aussi celui de la ‘femme au quotidien’, la femme qui marche, s’asseoit, et se tient debout, travaille ou se repose, se pare ou se dévoile, convoquant ainsi, à partir desituations concrètes et ‘particulières’.

Cette création s'appuie sur la rencontre d'un compositeur et d'une chorégraphe. Deux artistes construisant une "kaze" sonore et gestuelle; voyager dans le temps et l'espace présent. Deux artistes dans une confrontation de leurs disciplines artistiques, créant ainsi un nouveau champ expérimental.

Le corps devient parole, cri de souffrance, strangulation de l’être. Le corps est médium, il accouche de lui-même, intemporel, maïeutique qui dit et redit l’esclavage, la soumission, la reptation.

Le langage du geste est comme une extériorisation des séquelles que l’Histoire a gravé dans les coeurs, il prend la peur et en fait un dialogue avec l’absolu, l’irréversible, comme une hantise qui vampirise.

On cherche à voir, et Nadjani nous promène dans la fragmentation de l’être dansant, du Cafre, de celui que l’on a dépossédé de lui-même, de la Cafrine qui a perdu l’identité de sa terre ancestrale.

Pas de grandiloquence, pas de démonstration, nous avons affaire à une danse/transe qui invite à percevoir/ressentir le démantèlement intérieur.

Devenir libre, c’est devenir autre ; aller de soi vers soi, c’est changer et nullement se retrouver en fin de parcours tel que l’on était déjà avant de commencer ;

Chacun d'eux se permettant le vertige du péril, s’appuyant tour à tour sur la puissance de leur personnalité pour alimenter la matière.

Equipe artistique et technique

Conception, chorégraphie et interprétation : Nadjani Bulin

Composition chant, conseiller musical : Danyèl Waro

Conseiller artistique, regard extérieur, musique live : Sébastien Jacobs

Production

Coproduction TEAT Champ Fleuri-TEAT Plein Air et Le Centre Chorégraphique National  de Rillieux-la-Pape

Soutien

DAC OI, Région Réunion, Crédit Agricole

Evénements
KAFRINE - CHANTIER PUBLIC


mardi 24 mai 2016

14:00


Retour à la liste des résidences
lafabrik Image illustration